telech

Histoire des Sciences

Christophe LETELLIER
19/02/2008
L2 MPM - Université de Rouen
  • Master M1 EPO :
    Word - 46 kb
    Instructions de rédaction

Un article d’une longueur de 2 pages (selon les instructions aux auteurs à télécharger dans le document ci-joint) est à rédiger à partir d’un article défini en accord avec l’enseignant.

- Histoire de l’atomisme

L’objectif du cours est de suivre l’évolution de la notion de l’atome entre 1750 - date de publication de l’encyclopédie de Diderot et D’Alembert - et l’article de Niels Bohr en 1913. A partir de sources de première main, c’est-à-dire les articles originaux publiés par les scientifiques qui ont contribué au développement de cette notion (J. J. Thomson, E. Rutherford, H. Nagaoka, Nicholson, ...), l’évolution des concepts est détaillée. Il est montré, entre autres, que la vision selon laquelle le ``pudding de Thomson’’ a été supplanté par le modèle de Rutherford avant que Bohr ne propose son modèle planétaire, est une vision très simpliste. Il est insisté sur les difficultés à élaborer des concepts nouveaux et que, même les plus grands, développent parfois des théories - apparemment confirmées par l’expérience - qui se révèlent finalement partiellement erronées. C’est ainsi ce qui arrive pour le modèle de Thomson, initialement validé par les expériences de Crowther (1910).

Evaluation

  • Licence L2 de Physique, Mécanique et Sciences Physiques : Examen avec QCM et questions de réflexion à partir d’un texte donné au préalable.
PDF - 100.6 kb
Septembre 2007

Examen du 12 Septembre 2007

- Imre Lakatos, Histoire et Méthodologie des Sciences

Revenons maintenant à la logique de la découverte de la première théorie quantique et occupons-nous particulièrement de son heuristique positive. Le plan de Bohr consistait à élaborer d’abord la théorie de l’atome d’hydrogène. Son premier modèle devait être fondé sur un proton-noyau fixe avec un électron décrivant une orbite circulaire ; dans son second modèle, il se proposait de calculer une orbite elliptique dans un plan fixe ; il avait ensuite l’intention de se passer des restrictions visiblement artificielles du noyau fixe et du plan fixe ; après quoi il pensait prendre en compte le spin possible de l’électron, puis il espérait étendre son programme à la structure d’atomes et de molécules complexes et aux effets des champs électromagnétiques sur ceux-ci, etc. Tout ceci fut planifié dès le début : l’analogie entre les atomes et des systèmes planétaires inspira un programme long et difficile, mais optimiste, elle indiquait clairement quelle était sa politique de recherche [...]

PDF - 49.5 kb
Examen 10 Juin 2008

Examen du 10 Juin 2008

- Jean Perrin, Nouvelles propriétés des rayons cathodiques, Comptes-Rendus de l’Académie des Sciences, 121, 1130-1134, 1895.

[...] Cette dernière hypothèse m’a suggéré quelques expériences que je vais résumer sans m’inquiéter, pour le moment, de rechercher si elle rend compte de tous les faits jusqu’à présent connus, et si elle seule peut en rendre compte. Ses partisans admettent que les rayons cathodiques sont chargés négativement ; à ma connaissance, on n’a pas constaté cette électrisation ; j’ai d’abord tenté de vérifier si elle existe, ou non. [...]

PDF - 73.4 kb
Examen du 20 Janvier 2009

Examen du 20 Janvier 2009

- Roman Ikonicoff, De J. J. Thomson à Bohr : un siècle pour percer le secret des atomes, Science & Vie, Hors série, pp. 34-35, Novembre 2008.
A la fin du XXe siècle, une chaise est une association d’atomes ; on peut même dire lesquels... mais on ignore tout de leur structure interne. Les XVIIIe et XIXe siècles ont en effet marqué le décollage des "sciences atomiques" : on a découvert une myriade de nouveaux éléments chimiques et les lois réglant leurs combinaisons. On a classé ces éléments sur un tableau "périodique" dont les cases vides indiquent aux chercheurs les atomes qui restent à découvrir... Dès lors, les efforts vont se porter sur l’énigme de la structure atomique...

PDF - 297 kb
Juin 2010

Examen du 16 Juin 2010

- Benoît Dulong, Personne n’a découvert l’électron, La Recherche, 303, 80-84, 1997.
N’importe quel manuel scolaire de sciences physiques nous l’apprend : l’électron est l’une des particules constituant les atomes, avec les protons et les neutrons. Depuis l’entre-deux-guerres, il était clair pour les physiciens comme pour les historiens des sciences que cette première particule élémentaire avait été découverte en 1897 par Joseph John Thomson, alors directeur du Cavendish Laboratory de Cambridge. Ce travail, récompensé par le prix Nobel de 1906, figurait depuis au panthéon des grandes découvertes de la physique, aux côtés de celles de Hertz, de Becquerel ou de Röntgen. A partir des années 1960, ce récit classique...

- Histoire et Méthodes des Sciences en Licence L2 de Mathématique et Informatique.

Le cours est en deux parties. Une première partie est consacrée à une introduction générale sur ce qu’est l’histoire des sciences. Il est insisté sur la différence fondamentale entre la science des livres et la recherche. Les différentes aspects (épistémologiques, sociologiques et historiques) sont expliqués sur la base d’exemples. La seconde partie est consacrée à l’évolution des concepts en Astronomie entre Nicolas Copernic et Isaac Newton. Dans la mesure du possible, les concepts sont exposés à partir des textes originaux.

Evaluation

Licence de Mathématique et Informatique : Examen avec QCM et questions de réflexion à partir d’un texte donné au préalable.

PDF - 55.8 kb
Septembre 2006
PDF - 72.2 kb
Septembre 2007
PDF - 87.5 kb
Septembre 2008

Examen du 3 Septembre 2008

- Johannes Kepler, Harmonices Mundi (1619).

Il nous reste à appliquer les harmonies, que nous avons précédemment décrites, au cosmos, en trois autres livres, dont le premier attribuera les harmonies à Dieu le Créateur des cieux, le deuxième à la Nature, la directrice des différents mouvements, et le troisième à l’Homme, le contrôleur de sa voix, et ainsi pour finir au travail de la Création, qui étant le premier et le plus parfait de tous. [...]

Les harmonies ne sont pas liées aux distances mais au mouvement [...]

PDF - 104.5 kb
Novembre 2009

Examen du 30 Novembre 2009

- Jean Perrin, La structure discontinue des atomes, extrait du discours de remise du prix Nobel, 11 Décembre 1926.

Alors même que des évidences continuent de s’accumuler au sujet de la réalité atomique encore dispute, un début a été réalisé pour pénétrer la structure interne de ces atomes, une recherche pour laquelle Rutherford et Bohr ont obtenu de formidables résultats, comme nous le savons. Et je dois résumer ici ma contribution à cette recherche. Il était connu que lorsqu’une décharge électrique passe dans un tube de verre à travers un gaz suffisamment raréfié, la partie faisant face à la cathode est illuminée par une fluorescence sur laquelle l’ombre de tout obstacle placé devant la cathode se profile ; et que les rayons cathodiques définissables de cette manière, sont déviés par un champ magnétique en décrivant une trajectoire circulaire lorsqu’ils sont projetés à angle droit d’un champ uniforme...

Documents

Instructions de rédaction
Word · 46 kb
2064 - 19/11/17

Juin 2010
PDF · 297 kb
7482 - 19/11/17

Novembre 2009
PDF · 104.5 kb
7442 - 19/11/17

Examen du 20 Janvier 2009
PDF · 73.4 kb
6924 - 19/11/17

Septembre 2008
PDF · 87.5 kb
6508 - 19/11/17

Examen 10 Juin 2008
PDF · 49.5 kb
7284 - 19/11/17

Septembre 2007
PDF · 100.6 kb
7556 - 20/11/17

Septembre 2006
PDF · 55.8 kb
7410 - 19/11/17

Septembre 2007
PDF · 72.2 kb
6928 - 19/11/17

ATOMOSYD © 2007-2017 |  Follow-up of the site's activity  |  SPIP  |  scoty  |  MàJ . 18/11/2017